Comment l’endométriose peut-elle affecter la fertilité ?

Un tiers à la moitié des femmes atteintes d’endométriose ont des difficultés à tomber enceinte. De nombreuses personnes ont peut-être entendu parler de l’endométriose, mais elles ne savent pas qu’elle peut avoir un effet sur la fertilité ni comment. 

La Mayo Clinic décrit l’endométriose comme « un trouble souvent douloureux dans lequel un tissu similaire à celui qui tapisse normalement l’intérieur de l’utérus – l’endomètre – se développe à l’extérieur de l’utérus. L’endométriose touche le plus souvent les ovaires, les trompes de Fallope et le tissu qui tapisse le bassin » (1). 

Il existe des femmes qui développent du tissu endométrial dans d’autres zones du corps, mais cela est généralement considéré comme rare. Nous allons discuter de ce diagnostic, ainsi que des méthodes naturelles et médicinales pour le traiter. 

Comment l’endométriose est-elle diagnostiquée ?

L’endométriose peut être difficile à diagnostiquer et la plupart des femmes qui en sont atteintes peuvent avoir du mal à obtenir un diagnostic pendant de nombreuses années. L’endométriose présente un large éventail de symptômes qui peuvent imiter d’autres maladies, ce qui peut compliquer le diagnostic. Voici quelques-uns des principaux symptômes :

– Règles douloureuses

– Douleurs lors des rapports sexuels

– Infertilité

D’autres symptômes peuvent inclure :

– Douleurs en dehors des règles

– Problèmes digestifs

– Pneumothorax

Les cellules peuvent s’attacher aux principaux organes et chaque mois, pendant les menstruations, ces cellules perdent leur revêtement, tout comme l’utérus. C’est ce qui rend l’endométriose si douloureuse. 

Le diagnostic de l’endométriose peut être réalisé de plusieurs façons, notamment par examen pelvien, échographie, imagerie par résonance magnétique et encore par une laparoscopie. 

Examen pelvien

Un médecin insère un ou deux doigts gantés dans votre vagin et, tout en appuyant sur votre abdomen, il peut évaluer votre utérus, vos ovaires et d’autres organes pelviens. Le médecin pourra sentir la différence entre un tissu normal et un tissu anormal dans votre pelvis.

Échographie

Au cours d’une échographie réalisée spécifiquement pour diagnostiquer l’endométriose, un médecin ou un échographiste insère une petite sonde, appelée transducteur, dans le vagin pour capturer des images du pelvis. Ils examineront votre utérus, vos ovaires et vos trompes de Fallope pour voir s’ils présentent une anomalie. Des kystes, un gros utérus, des adhérences avec des organes immobiles peuvent être des indices de la présence de cellules endométriales. 

Imagerie par résonance magnétique

L’imagerie par résonance magnétique, plus connue sous le nom d’IRM, peut être réalisée pour trouver des cellules endométriales dans les profondeurs du bassin. Une IRM peut également être réalisée pour trouver des cellules endométriales dans d’autres parties du corps, bien que cela soit rarement demandé en l’absence de symptômes spécifiques.

Laparoscopie

Le seul moyen sûr de diagnostiquer l’endométriose est la chirurgie laparoscopique. Ce type de chirurgie présente peu de risques mais est généralement évité si possible. Le chirurgien pratique une petite incision dans l’abdomen, près ou dans le nombril. Une caméra, appelée laparoscope, est insérée dans l’incision. Le chirurgien l’utilisera pour visualiser les organes internes à la recherche de signes d’endométriose. En cas de découverte, l’anatomie peut être restaurée et les cellules anormales peuvent être retirées. Il s’agit d’un outil de diagnostic important qui peut grandement aider à soulager les symptômes.  Cependant, il s’agit d’un traitement temporaire et le traitement principal sera toujours médical pour les soins à long terme et pour éviter les rechutes.

Endométriose et fertilité

Il existe de nombreuses façons, tant naturelles que médicales, de soulager les symptômes de l’endométriose et de favoriser la fertilité. Examinons tout d’abord les différentes méthodes naturelles disponibles pour une femme qui envisage une procréation naturelle.

Méthodes naturelles

L’une des méthodes permettant de soulager les symptômes de l’endométriose consiste à suivre un régime anti-inflammatoire centré sur la consommation d’aliments riches en antioxydants, tels que les fruits, les légumes, les herbes et les épices. Des études ont montré que les femmes qui consomment davantage de graisses oméga-3 voient leurs symptômes s’atténuer. Voici quelques aliments qui pourraient être intégrés à votre régime alimentaire :

– Les épinards, le brocoli, les haricots et les betteraves.

– Noix, chocolat noir

– Saumon

– Oranges, baies

L’alimentation étant un élément clé de la santé du système immunitaire, les femmes atteintes d’endométriose pourraient trouver un soulagement à leurs symptômes en modifiant leur régime alimentaire. 

Bien que nous n’ayons pas de preuves que l’hypnose, la psychothérapie ou l’acupuncture aident à diminuer les symptômes ou à traiter l’endométriose, ce sont des options qui peuvent être envisagées et explorées.

N’oubliez pas que ces méthodes naturelles ne font que traiter les symptômes et apporter un soulagement, mais ne guérissent pas l’endométriose. 

Traitements médicaux

Il existe des traitements médicaux pour soulager et contrôler l’endométriose. Ces traitements peuvent inclure des analgésiques, une hormonothérapie et une intervention chirurgicale. Les analgésiques peuvent soulager les symptômes mais ne sont pas une panacée. 

Les hormones fluctuent pendant les menstruations, ce qui entraîne l’épaississement et l’excrétion des cellules endométriales. L’hormonothérapie permet de soulager la douleur de façon plus permanente, et parfois de l’éliminer complètement. Il s’agit du principal plan de traitement pour le soulagement à long terme et la prévention de l’aggravation de l’endométriose. Si vous arrêtez le traitement, les symptômes pourraient réapparaître, à moins que vous n’ayez atteint l’âge de la ménopause, auquel cas l’endométriose sera beaucoup moins problématique. Différents traitements hormonaux sont disponibles, notamment la progestothérapie et les pilules contraceptives.

Une autre option pour traiter l’endométriose est la chirurgie. Les chirurgiens peuvent effectuer une procédure laparoscopique pour retirer les cellules endométriales tout en laissant votre utérus et vos ovaires intacts. La procédure ressemble à la laparoscopie de diagnostic, mais le chirurgien va réellement retirer ou brûler le tissu de l’endomètre pour soulager la douleur. Si l’opération réussit, la fertilité peut être améliorée, bien que cela reste controversé.  En outre, un grand nombre de femmes devraient subir une intervention chirurgicale afin d’améliorer la fertilité d’une seule d’entre elles.  C’est pourquoi elle est généralement évitée lorsqu’elle est envisagée uniquement en cas d’infertilité. 

La dernière option est la FIV (fécondation in vitro) pour stimuler les ovaires. Selon le site contemporaryobgyn.net, « les résultats cliniques de la FIV ont été évalués en fonction des taux de fécondation, d’implantation et de grossesse spontanée. Le taux de fécondation chez les patientes atteintes d’endométriose était de 70 %, contre 67,1 % pour les patientes qui ne présentaient pas cette affection » (2). 

Les méthodes naturelles et médicales permettront surtout de soulager les douleurs liées à l’endométriose, qui est la première étape avant la procréation. 

Quand les traitements ne suffisent plus

Si vous avez essayé les méthodes naturelles et médicales ci-dessus et qu’elles ne fonctionnent plus, c’est à ce moment-là que vous devez contacter un professionnel. Consultez un médecin pour établir un diagnostic et une analyse de la fertilité au-delà de l’endométriose. Si les tests ne sont pas concluants, consultez un professionnel de la fertilité qui pourra vous aider à identifier des problèmes plus graves. Vous devriez également contacter un professionnel si vous subissez des fausses couches multiples. 

L’endométriose peut affecter la fertilité, mais chaque cas est différent 

Même si l’endométriose est douloureuse, sous-diagnostiquée et peut affecter la fertilité, cela ne signifie pas que vous êtes infertile. De nombreuses femmes chez qui l’endométriose a été diagnostiquée ont réussi à concevoir et à donner naissance à un enfant, que ce soit naturellement ou grâce à une FIV ou à d’autres traitements de fertilité. La conception peut prendre plus de temps, mais c’est toujours une possibilité. 

Si vous présentez l’un des symptômes énumérés au début de l’article ou si vous avez des problèmes de fertilité, vous devriez prendre rendez-vous avec votre médecin traitant pour obtenir un diagnostic. Plus vite vous recevrez un diagnostic, plus vite vos symptômes et vos douleurs seront pris en charge, et plus vite vous pourrez commencer à essayer de concevoir.

Citations :

1. « Endométriose« 

2. « Une étude révèle une corrélation négative entre le succès de la FIV et la gravité de l’endométriose« .

Fausse couche : symptômes, causes et quand consulter un spécialiste

On parle de fausse couche lorsqu’une personne perd sa grossesse avant la 20e semaine. Aussi appelé avortement spontané, elle se produit dans la plupart des cas au cours du premier trimestre (avant 14 semaines). Il est important de savoir que le taux de fausses couches augmente avec l’âge de la mère ou de la personne qui fournit les ovules, le cas échéant.
Elle peut être connue, ou non. En effet, comme elle arrive souvent au tout début de la grossesse, il se peut que celle-ci ne soit pas encore connue. Toutefois, certains signes peuvent indiquer une fausse couche et devraient être investigués en grossesse. Ceux-ci incluent des saignements ou des crampes douloureuses principalement.

Fausse couche : prise en charge

La prise en charge dépend de l’âge de la grossesse au moment de l’arrêt. Elle peut inclure une période d’observation, des médicaments ou un curetage. Mais il ne faut pas oublier que cette épreuve n’est pas que physique mais aussi psychologique. Il est important d’avoir un réseau de support et il est parfois nécessaire de consulter un psychologue.

Comment un spécialiste de la fertilité peut-il intervenir pour les fausses couches?

Lorsqu’une femme vit une fausse couche, il est important qu’elle soit accompagnée. Autant sur le plan moral et psychologique que sur le plan médical. En effet, une fausse couche peut avoir un impact sur la santé de la femme ainsi que sur la pérennité d’éventuelles grossesses. C’est là que toute l’importance de l’accompagnement par un professionnel de la santé à l’aise avec ce sujet prend son sens. 

Par exemple, les experts recommandent aux femmes qui ont fait 2 fausses couches et plus de rencontrer un médecin à l’aise avec la fertilité. Plusieurs médecins de famille ou gynécologues sont en mesure de vous aider. Au besoin, consulter un spécialiste en fertilité peut être un atout.

De nombreuses femmes qui ont subi une perte de grossesse ont ensuite des grossesses saines, mais les pertes peuvent indiquer un problème de fertilité. Ce problème doit être reconnu et pris en charge si on souhaite poursuivre le projet parental de façon plus sereine. 

Un spécialiste en fertilité vous rencontrera et proposera un plan de traitement personnalisé. Il évaluera les causes potentielles selon votre histoire, telles que : 

Puisque la majorité des fausses couches sont dues à une anomalie chromosomique de l’embryon, la discussion pourra aussi inclure l’évaluation de la pertinence d’une analyse génétique de l’embryon avant une implantation éventuelle.  

Les embryons ainsi analyséset considérés normaux vont offrir un taux de grossesse supérieur ainsi que limiter le risque d’anomalie génétique chez l’embryon , et par conséquent de fausse couche. Les embryons anormaux ne seront, en général, pas utilisés puisqu’ils se soldent souvent avec un test de grossesse négatif ou une fausse couche.

Notez que tous ces risques sont directement reliés à plusieurs facteurs dont, principalement, l’âge de la femme.  Ainsi, les options peuvent varier selon vos circonstances personnelles.

Suivis et conseils par les médecins

Si vous avez subi plusieurs fausses couches à répétition, nous vous invitons à prendre rendez-vous avec un spécialiste de la fertilité qui pourra vous aider à en trouver la cause et vous accompagner. 

Patients de l’Ontario : Nous avons de grandes nouvelles!

Le 19 juillet, des changements rafraîchissants arriveront dans nos succursales de Newmarket et de Vaughan.

Changement de l’emplacement de Newmarket

Le 19 juillet notre clinique de Newmarket déménage à une nouvelle adresse. Fraîchement rénové avec beaucoup de stationnement pratique. Nous nous réjouissons de vous accueillir dans ce tout nouvel emplacement.

A partir de 19 juillet les rendez-vous seront à :

1111 Davis Drive East, Unit 39

Newmarket, Ontario L3Y 9E5

T: 905.967.0852 / F: 905.967.0512


Nouveau nom, nouveau look : cliniques Vaughan et Newmarket

À compter du 19 juillet, un tout nouveau nom ! Les cliniques Procrea Fertility à Newmarket et à Vaughan seront renommées Generation Fertility.

Depuis 2011, nos équipes de Newmarket et de Vaughan sont reconnues pour leur expertise bienveillante, leur innovation et leurs bons résultats. Nous avons également grandi avec l’ajout de nouveaux membres d’équipe, accueillant récemment deux nouveaux spécialistes de la fertilité, les Drs. Hartman et Lai.

Le nouveau nom et l’apparence de Generation Fertility reflètent l’énergie et l’expertise de notre équipe. Et, pendant que notre nom change, vous pouvez vous attendre à voir la même équipe clinique que vous avez appris à connaître , pour les soins aux patients.

La clinique de Vaughan ne déménage pas et restera à son adresse actuelle :

955 Major Mackenzie Drive West, Suite 400

Vaughan, ON L6A 4P9

T: 289.357.0100 / F: 289.357.0101


Que faire si j’ai des ovules, du sperme ou des embryons cryoconservés à la clinique ?

Vos dispositions de stockage ne changent pas. Soyez assuré, vos échantillons ne seront pas affectés et resteront stockés en toute sécurité à leur emplacement actuel, soigneusement surveillés par notre personnel expert.

Si vous avez des questions, vous pouvez nous envoyer un courriel à [email protected]


Que dois-je faire si j’ai des questions supplémentaires ?

Notre équipe se fera un plaisir de communiquer avec vous.

Si vous avez d’autres préoccupations, n’hésitez pas à nous appeler ou à nous envoyer un courriel à [email protected]


Informations : donneur de sperme

Dans un parcours de fertilité, les dons de sperme sont d’une grande importance et permettent à de nombreux couples infertiles ou homosexuels de réaliser leur rêve de fonder une famille. Dans le cas d’une infertilité masculine avérée, c’est souvent une anomalie ou un défaut qualitatif du sperme qui est mis en cause, avoir recours au don de sperme devient alors nécessaire.

Les cliniques de fertilité Procrea font appel à des banques de sperme comptabilisant de nombreux donneurs anonymes et volontaires pour permettre les fécondations in vitro (FIV) et Insémination intra-utérine (IUI). Dans cet article, nous vous en apprenons davantage sur le processus de don et les critères d’admissibilité. 

Qui peut devenir donneur de sperme ? 

Au Canada, il y a plusieurs critères de sélections à respecter pour pouvoir faire don de son sperme.

Pour devenir un donneur de sperme, vous devez d’abord répondre aux critères suivants :

Une fois ces critères d’éligibilité remplis, plusieurs tests et examens vont vous être demandés.

Quels sont les différents tests et examens d’admissibilité ?

Pour commencer, un premier don de sperme sera effectué afin d’évaluer la qualité du sperme et particulièrement des spermatozoïdes. Plus précisément, c’est le nombre, la motilité, la morphologie et la réaction à la congélation qui sont analysés.

Ensuite, un dépistage sera réalisé afin de vérifier que les résultats des ITSS suivantes soient bien négatifs. Ce dépistage sera à effectuer une première fois au début du prélèvement des échantillons de sperme, puis une seconde fois après leur mise en quarantaine de 6 mois.

CMV (IgG-IgM)Anti-HBc Totaux
HIV 1-2Anti-HCV (hépatite C)
HLTVI-VIISyphilis
AgHbs (antigène de surface de l’hépatite B)Gonorrhée et Chlamydia

En parallèle du dépistage, le donneur sera amené à répondre à trois questionnaires

  1. Un questionnaire médical ;
  2. Un questionnaire sur les maladies génétiques ;
  3. Un formulaire sur les critères d’exclusion.

Pour finir, un dernier test génétique sera demandé afin de vérifier la négativité à ces trois maladies :

Après avoir effectué la totalité des examens, le dossier médical du donneur est examiné et doit être accepté par le directeur médical de la banque de sperme.

Quelle est la place du donneur de sperme dans la législation canadienne ?

Tous les dons de sperme sont réglementés par Santé Canada. Pour un traitement de fertilité, chez Procrea Fertilité le donneur de sperme utilisé provient auprès des distributeurs canadiens suivants : CAN-AM, ZYTEX CANADA, REPROMED. Au Canada, le sperme destiné à la reproduction assistée est réglementé par la Loi sur les aliments et drogues ainsi que le règlement sur le sperme qui vise à prévenir la transmission de maladies infectieuses aux personnes qui le reçoivent.

Les vaccins contre la COVID-19

Information pour l’Ontario :

Pour ceux qui envisagent la vaccination COVID-19, notre conseil actuel est de suivre les recommandations de la santé publique.

Depuis le 23 avril 2021, les femmes enceintes ont été ajoutées à la catégorie «risque le plus élevé» et peuvent réserver un vaccin COVID -19 sur le site Web provincial: https://covid-19.ontario.ca/book-vaccine/. Une note du médecin n’est pas requise.

En prenant une décision sur l’opportunité de se faire vacciner, chaque individu doit peser le risque par rapport aux avantages pour lui-même.
Toutes les données actuelles suggèrent que tous les vaccins actuellement disponibles sont considérés comme très sûrs.
Il est probable que les risques associés à l’infection au COVID-19 soient significativement plus élevés que tout risque potentiel associé aux vaccins.
Pour cette raison, le bénéfice de la vaccination pour la plupart des individus dépasse de loin le risque.

Si vous n’êtes pas encore enceinte, il est probable que les bénéfices de la vaccination l’emportent de loin sur les risques et nous vous recommandons de vous faire vacciner si vous en avez l’occasion.
Ces vaccins n’ont pas été spécifiquement étudiés chez les femmes enceintes ou allaitantes et pour cette raison nous ne pouvons pas commenter les risques spécifiques dans cette population. Nous en apprenons également chaque jour davantage sur les risques d’infection au COVID-19 pendant la grossesse et l’allaitement. Bien que nous ne puissions rien dire avec certitude, il est très probable que le bénéfice de la vaccination l’emportera également sur le risque dans cette population.

La recommandation actuelle est qu’il n’est pas nécessaire de retarder la grossesse après la vaccination et que la deuxième dose peut être administrée à l’heure habituelle prévue, même pendant la grossesse.

Avant la vaccination, tous les centres de vaccination offrent des informations sur les vaccins et dépistent les individus pour les contre-indications à la vaccination. Si vous êtes allergique à l’un des composants du vaccin ou si vous avez déjà eu une réaction indésirable à la vaccination, veuillez en discuter avec le centre de vaccination.

Si vous souhaitez en savoir plus sur la vaccination contre le COVID-19, veuillez consulter les informations suivantes de la SOGC, du ministère de la Santé et de la SCFA

https://sogc.org/common/Uploaded%20files/Latest%20News/SOCG_Statement_COVID-19_Vaccination_in_Pregnancy.pdf

https://sogc.org/en/content/featured-news/SOGC_Statement_on_the_COVID-19_vaccines_and_rare_adverse_outcomes_of_%20thrombosis.aspx

Le ministère de la Santé a également développé un outil de décision des patients concernant les vaccins COVID-19 pour les femmes enceintes:
https://www.health.gov.on.ca/en/pro/programs/publichealth/coronavirus/docs/vaccine/COVID-19_vaccination_pregnancy_decision_making_support_tool.pdf

https://cfas.ca/Library/SOGC_Statement/CFAS_COVID-19_Vaccine_Build_Final_April2021_Final_EN.pdf

Si vous décidez de demander le vaccin, vérifiez auprès de votre infirmière le moment de toute procédure qui pourrait vous être présentée, car vous pourriez présenter des symptômes dus au vaccin et ne pas réussir le dépistage COVID de la clinique.


Informations relatives aux vaccins contre la COVID-19

Pour celles et ceux qui envisagent de se faire vacciner contre la COVID-19, nous conseillons actuellement de suivre les recommandations de la santé publique.

Au moment de décider de se faire vacciner, chaque personne doit estimer le risque et les avantages. Toutes les données actuelles suggèrent que les deux vaccins actuellement disponibles sont considérés comme très sûrs.

Il est probable que les risques associés à l’infection par COVID-19 soient nettement plus importants que tout risque associé aux vaccins. Pour cette raison, et pour la plupart des individus, le bénéfice de la vaccination dépasse grandement le risque de celui-ci.

Si vous n’êtes pas encore enceinte, il est probable que le bénéfice de la vaccination l’emporte fortement sur le risque lié au virus et nous vous recommandons de vous faire vacciner si
vous en avez la possibilité.

Ces vaccins n’ont pas encore fait l’objet d’études spécifiques chez les femmes enceintes ou allaitantes et c’est la raison pour laquelle nous ne pouvons pas nous prononcer sur les
risques spécifiques dans cette population. Par ailleurs, nous en apprenons chaque jour davantage sur les risques d’infection par la COVID-19 pendant la grossesse et l’allaitement.
Bien que nous ne puissions rien dire avec certitude, il est très probable que les avantages de la vaccination l’emporteront sur les risques dans cette population également.

Tous les centres de vaccination offrent des informations sur les vaccins et vérifient s’il existe des contre-indications à la vaccination. Si vous êtes allergique à l’un des
composants du vaccin ou si vous avez déjà eu une réaction indésirable à la vaccination, veuillez en discuter avec le centre de vaccination.

Si vous souhaitez en savoir plus sur le vaccin COVID-19, veuillez consulter la déclaration suivante de la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada

Annonce : Des changements à la clinique Procrea Fertilité de Montréal

Procrea Fertilité de Montréal et clinique ovo ont fusionné leurs cliniques. Les soins aux patients dans la région de Montréal sont maintenant prodigués à un seul et même endroit, soit à la clinique ovo. La clinique ovo est située à environ 4 km de l’emplacement de l’ancienne clinique Procrea Fertilité de Montréal.

Les soins aux patients sont notre priorité. Les patients continueront d’avoir accès aux meilleures technologies et ressources pour des soins optimaux. Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter notre foire aux questions.


Foire aux questions

Où se trouve la clinique ovo?

Clinique ovo est située au 8000, boulevard Décarie, Montréal, Québec H4P 2S4.


Est-ce que je pourrai conserver mon médecin actuel?

Les patients seront traités par une nouvelle équipe médicale et clinique qui s’assurera que le transfert se fasse en douceur. Ils auront accès aux meilleurs soins possibles par l’équipe de renommée de clinique ovo.


Que dois-je faire si je souhaite annoncer mon jour 1 en vue d’un traitement?

Veuillez contacter la clinique ovo pour céduler ou confirmer votre rendez-vous au 514 798-2000 ext. 149 ou à [email protected].


Que dois-je faire pour prendre rendez-vous en services prénatals?

Vous pouvez joindre la réceptionniste de la clinique ovo au 514 798-2000, option 1, option 2, ou à [email protected] pour céduler votre rendez-vous pour les services prénatals.


Que dois-je faire si j’étais sur une liste d’attente pour une consultation à la clinique Procrea Fertilité de Montréal?

La clinique ovo contactera les patients sur la liste d’attente pour fixer un rendez-vous.


De quelle façon cette fusion affecte la clinique Procrea Fertilité de Gatineau?

Les patients fréquentant la clinique Procrea Fertilité de Gatineau continueront de se rendre à leurs rendez-vous au 444, boulevard de l’Hôpital, bureau 310, Gatineau, Québec J8T 7X6. Le numéro de téléphone est le 819 778-5572. Les procédures et les traitements qui étaient offerts à la clinique Procrea Fertilité de Montréal auront désormais lieu à clinique ovo, située au 8000, boul. Décarie à Montréal.


De quelle façon cette fusion affecte la clinique Procrea Fertilité de Québec et les autres succursales de la clinique ovo?

La clinique Procrea Fertilité de Québec ainsi que les autres succursales de la clinique ovo ne sont pas touchées par cette transition. En effet, les activités dans ces succursales se poursuivent tel qu’habituellement. Les patients qui avaient été référés à la clinique Procrea Fertilité de Montréal pour un traitement par une clinique externe seront redirigés à la clinique ovo située au 8000, boul. Décarie, Montréal, Québec H4P 2S4.


Si vous avez des questions, veuillez contacter l’équipe de soins aux patients de la clinique ovo par courriel à [email protected].