L’induction de l’ovulation est un terme utilisé pour décrire l’utilisation de médicaments de fertilité oraux ou injectables (gonadotropines) servant à stimuler la production d’ovules matures par les ovaires. L’induction de l’ovulation vise à provoquer le développement et l’ovulation d’un ou de plusieurs ovules chez une femme qui normalement n’ovule pas. Selon votre diagnostic, votre médecin vous prescrira le traitement qui vous convient le mieux.

L’induction de l’ovulation est indiquée dans les cas suivants :

  • Vous avez des problèmes d’ovulation qui n’ont pas répondu aux médicaments couramment prescrits (comme le citrate de clomifène).
  • Vous avez une infertilité inexpliquée et désirez tenter l’induction de l’ovulation afin d’augmenter le nombre d’ovules produits au cours de chaque cycle. Avec une production d’ovules plus élevée, les chances de conception augmentent également.

Pour pouvoir bénéficier d’une induction de l’ovulation, vous devez avoir une cavité utérine normale ainsi qu’au moins une trompe de Fallope normale et votre partenaire doit avoir un nombre normal de spermatozoïdes.
Dans la population générale, une grossesse se produit chez 20 % à 25 % des couples en santé et fertiles chaque mois qu’ils tentent de concevoir.1 Selon notre expérience, l’induction de l’ovulation donne généralement un taux de grossesse de 10 % à 20 % par cycle, selon l’âge de la femme, le diagnostic et la durée de l’infertilité. Environ 15 % à 20 % des grossesses induites par gonadotropine se termineront par une fausse couche, une proportion similaire à celle enregistrée dans la population en général.2

1American Society for Reproductive Medicine, Age and Fertility, Fertility in the Aging Female, 2012
2Journal of Human Reproductive Sciences, Publication of Indian Society of Assisted Reproduction, Comparative evaluation of pregnancy outcome in gonadotrophin-clomiphene combination vs clomiphene alone in polycystic ovarian syndrome and unexplained infertility–A prospective clinical trial, mai-août 2010