Fausse couche : symptômes, causes et quand consulter un spécialiste

Couple holding hands

On parle de fausse couche lorsqu’une personne perd sa grossesse avant la 20e semaine. Aussi appelé avortement spontané, elle se produit dans la plupart des cas au cours du premier trimestre (avant 14 semaines). Il est important de savoir que le taux de fausses couches augmente avec l’âge de la mère ou de la personne qui fournit les ovules, le cas échéant.
Elle peut être connue, ou non. En effet, comme elle arrive souvent au tout début de la grossesse, il se peut que celle-ci ne soit pas encore connue. Toutefois, certains signes peuvent indiquer une fausse couche et devraient être investigués en grossesse. Ceux-ci incluent des saignements ou des crampes douloureuses principalement.

Fausse couche : prise en charge

La prise en charge dépend de l’âge de la grossesse au moment de l’arrêt. Elle peut inclure une période d’observation, des médicaments ou un curetage. Mais il ne faut pas oublier que cette épreuve n’est pas que physique mais aussi psychologique. Il est important d’avoir un réseau de support et il est parfois nécessaire de consulter un psychologue.

Comment un spécialiste de la fertilité peut-il intervenir pour les fausses couches?

Lorsqu’une femme vit une fausse couche, il est important qu’elle soit accompagnée. Autant sur le plan moral et psychologique que sur le plan médical. En effet, une fausse couche peut avoir un impact sur la santé de la femme ainsi que sur la pérennité d’éventuelles grossesses. C’est là que toute l’importance de l’accompagnement par un professionnel de la santé à l’aise avec ce sujet prend son sens. 

Par exemple, les experts recommandent aux femmes qui ont fait 2 fausses couches et plus de rencontrer un médecin à l’aise avec la fertilité. Plusieurs médecins de famille ou gynécologues sont en mesure de vous aider. Au besoin, consulter un spécialiste en fertilité peut être un atout.

De nombreuses femmes qui ont subi une perte de grossesse ont ensuite des grossesses saines, mais les pertes peuvent indiquer un problème de fertilité. Ce problème doit être reconnu et pris en charge si on souhaite poursuivre le projet parental de façon plus sereine. 

Un spécialiste en fertilité vous rencontrera et proposera un plan de traitement personnalisé. Il évaluera les causes potentielles selon votre histoire, telles que : 

  • Forme anormale de l’utérus (malformation , myomes , etc);
  • Anomalies génétiques ;
  • Troubles hormonaux ;
  • Infection ;
  • Facteurs immunologiques ;

Puisque la majorité des fausses couches sont dues à une anomalie chromosomique de l’embryon, la discussion pourra aussi inclure l’évaluation de la pertinence d’une analyse génétique de l’embryon avant une implantation éventuelle.  

Les embryons ainsi analyséset considérés normaux vont offrir un taux de grossesse supérieur ainsi que limiter le risque d’anomalie génétique chez l’embryon , et par conséquent de fausse couche. Les embryons anormaux ne seront, en général, pas utilisés puisqu’ils se soldent souvent avec un test de grossesse négatif ou une fausse couche.

Notez que tous ces risques sont directement reliés à plusieurs facteurs dont, principalement, l’âge de la femme.  Ainsi, les options peuvent varier selon vos circonstances personnelles.

Suivis et conseils par les médecins

Si vous avez subi plusieurs fausses couches à répétition, nous vous invitons à prendre rendez-vous avec un spécialiste de la fertilité qui pourra vous aider à en trouver la cause et vous accompagner.